Aller au contenu. | Aller à la navigation

Fête de la NatureFête de la Nature

Gilles Carcassès, chargé de mission biodiversité

Chargé de mission biodiversité à la Communauté d’agglomération de Cergy-Pontoise, Gilles Carcassès collecte des données sur la nature et œuvre à sa préservation.

Une ville bien aménagée peut protéger la biodiversité

 

 

 

Vous y découvrirez un élégant passereau observé dans le parc François-Mitterrand à Cergy, des agneaux solognots âgés de quelques jours ou des conseils pour jardiner sans produits chimiques : le blog « Nature en ville à Cergy-Pontoise » est un peu la vitrine des activités de Gilles Carcassès. Le chargé de mission biodiversité de cette communauté d’agglomération de l’ouest francilien y consigne en particulier ses photos et observations naturalistes. « Je fais du terrain au quotidien, j’ai un appareil photo greffé au cou et ne l’enlève que pour dormir » précise-t-il en souriant.  Ce jour-là, ce sont des chardonnerets élégants qui ont les honneurs de la une. Mais la photo de ces passereaux amateurs de graines sauvages est un prétexte. « Ces chardonnerets viendraient-ils si la pelouse était régulièrement tondue comme une moquette ? interroge le commentaire du blog. Bien sûr que non, car il leur faut des plantes montées en graines. La gestion différenciée des espaces verts est bénéfique pour la biodiversité. » Car la mission de Gilles ne se limite pas - loin de là - à récolter et à partager des données sur la biodiversité de ce territoire de 200 000 habitants.   

L’animal en ville, outil de sensibilisation

La communauté d’agglomération se convertit par exemple peu à peu au pâturage urbain. Tout a commencé en 2011 sur une parcelle d’herbe d’un peu plus d’un hectare située sur la commune de Courdimanche. Gilles souhaitait y « introduire un mode de gestion moins polluant et plus favorable aux papillons, aux sauterelles et aux oiseaux ». Depuis les tondeuses ont laissé leur place à des brebis solognotes, une race « à faible effectif » qui fait l’objet d’un programme de sauvegarde. Le petit troupeau est géré par la Ferme d’Ecancourt, une association d’éducation à l’environnement. « L’animal en ville, c’est une porte d’entrée pour sensibiliser à la protection de l’environnement mais aussi améliorer le lien social, assure le chargé de mission. La prairie est devenue un lieu de rencontre où se retrouvent les mamans et les enfants à la sortie de l’école. » Depuis, la pratique du pâturage s’est étendue à d’autres communes et même à des prairies urbaines appartenant à des entreprises. Le troupeau s’est quant à lui agrandi. Les moutons ont été rejoints par des chèvres des fossés, « particulièrement adaptées au débroussaillage des friches », et par Eden et Hurricane, deux vaches bretonnes pie noire.

Des conseils sur les aménagements et les espaces verts

Le chargé de mission biodiversité a aussi un rôle de conseil et d’expertise auprès des jardiniers amateurs et des techniciens des espaces verts des treize communes de l’agglomération de Cergy-Pontoise. Il faut dire que Gilles a accumulé une certaine expérience en matière d’aménagement, de paysages et de jardins. Ingénieur agronome, spécialisé ensuite en horticulture, l’homme a dirigé – pendant près de 30 ans - les services espaces verts des villes de Sartrouville et Rueil-Malmaison avant de rejoindre son poste actuel. Aujourd’hui, on le sollicite pour installer des jardins partagés dans une résidence, former des jardiniers de l’agglomération au « zéro-phyto », piloter la création d’un sentier d’interprétation… Il accompagne aussi les jardiniers des différentes communes qui participent à Florilèges, un programme de sciences participatives destiné aux professionnels. Une fois par an, à la période de floraison,  ces derniers doivent identifier –selon un protocole scientifique très précis – les plantes présentes dans les prairies de leur ville. Objectif : mesurer l’effet de leurs pratiques sur la qualité écologique de ces prairies. « La biodiversité n’a pas de frontière, rappelle Gilles. Comme le dit un proverbe chinois : "Pour l’oiseau, la clôture est un perchoir". Assurer la survie de la biodiversité c’est donc veiller à ce que les conditions de son bien-être soient réunies partout où elle peut s’installer. »

Kogito.fr pour la Fête de la Nature

Actions sur le document